Les élections se présentent très mal

Quelles élections ? Les présidentielles ? Vous n’avez pas besoin de moi pour savoir qu’elles vont mal se passer. Non, je parle des régionales, et plus précisément des départementales. D’autant plus que les régionales ne sont pas des élections au sens de la déclaration universelles de droits l’homme. En effet c’est un scrutin de liste, donc le vote est lié. C’est-à-dire que vous n’êtes pas libre de voter pour qui vous voulez sans être obligé de voter aussi pour ses colistiers, que vous ne connaissez ni d’Ève ni d’Adam.

D’ailleurs stricto-sensu les départementales ne sont pas des élections non plus, puisque si la circonscription a à peine une taille humaine, un canton de plusieurs dizaines de milliers d’habitants, taillé dans la France au gré des arrangements électoraux entre gros partis ayant gagné lors de scrutins précédents, on a encore droit au binôme obligatoire homme femme. Donc on ne peut pas choisir l’un sans choisir l’autre. Sa parler des suppléants.

Mais la caractéristique la plus saillante de ce scrutin stupide, c’est qu’on ne sait pas exactement quand il aura lieu. La date provisoire est le 13 juin 2021 pour le premier tour, et 20 juin pour le second. Sauf que l’exécutif pourra décider de reporter le scrutin, par exemple si les sondages ne lui sont pas suffisamment favorables quelques jours avant. Il pourra faire ça car nous sommes en état d’urgence donc il peut faire un max de choses sans l’aval du Parlement.

*

Cependant on peut présager qu’en dépit des apparences le parti de l’exécutif pourra faire un bon score. En effet en dépit de l’exaspération actuelle d’une partie non négligeable des Français il faut voir que début juin le pays reprendra peut-être une voie normale. Les restaurants et bars seront ouverts. Les salles de sport aussi. Pour la muselière ce n’est pas clair mais nous pouvons être optimistes. Et ayant l’impression de reprendre une vie normale, les Français vont sans doute être gentil avec ces geôliers qui leur ouvrent enfin la porte. C’est un piège atroce, mais il risque de fonctionner.

D’autant plus qu’il n’y aura pas vraiment de campagne réelle, puisque les contacts physiques entre candidats et votants pourront à peine avoir lieu. Il est très dangereux, vous le savez bien, de se serrer la main. On ne sait jamais ce qui peut arriver. Donc les réunions publiques, les diffes de tracts sur les marchés, tout cela risque d’être très compliqué. Il restera donc pour s’informer les médias de masse qui sont très très gentils avec le gouvernement ainsi que les réseaux sociaux étasuniens qui ne sont pas bien méchants non plus.

D’autant plus que si les médias ou les votants sont méchants avec le gouvernement eh bien le gouvernement qui dispose d’une majorité à l’Assemblée pourra décider que cette pandémie est décidément bien coriace et qu’il va falloir encore prolonger l’état d’urgence ad vitam æternam. Elle est pas belle la vie avec papa Macron et papa Castex ?

*

Alors bon on dit d’eux mais en face c’est pas mieux. Avez-vous compris pourquoi les partis d’opposition ne sont pas plus véhéments à l’encontre de l’exécutif ? D’une part parce qu’ils sont tenus par où nous savons, mais aussi parce qu’il est dans l’intérêt des grosses écuries électorales d’avancer dans le sens du vent médiatique. C’est plus efficace. Et jusqu’à présent le Président Macron tient bien les médias de masse. Ou si l’on retourne la perspective comme le fait Chouard, les milliardaires multinationaux qui possèdent les médias de masse tiennent bien le Macron qu’ils ont fait élire.

*

Bon, alors, concrètement, que pouvons nous faire ? Concrètement nous pouvons faire comme la loi nous y autorise, demander à notre préfecture les listes électorales de notre canton. Muni de cette liste nous pouvons avoir une action décisive avant, pendant et après les élections.

Avant les élections nous pouvons trouver de bons candidats. Je vous explique comment. Vous prenez un échantillon de la liste électorale, et vous allez demander aux gens par qui ils voudraient être représentés au Conseil départemental. C’est une sorte de primaire libre, sans candidat. Elle permet une sorte de cooptation par le bas. Si plusieurs personnes de votre échantillon proposent la même personne, alors elle il ne faudra pas la lâcher. Il faudra l’encourager à être candidat, si possible l’aider à obtenir l’investiture dans le parti de son choix, même si ce dernier ne vous plaît pas trop. Ou alors il y a la possibilité d’une candidature citoyenne, mais c’est plus compliqué.

Pendant les élections, disposer des listes électorales de votre canton vous permet d’effectuer des sondages citoyens, et ne plus dépendre des sondages commerciaux dispensés par les médias de masse et la presse régionale.

Après les élections il y a parfois des contestations. Or si vous avez les listes électorales de votre circonscription vous pouvez effectuer des sondages après coup (si vous êtes suffisamment nombreux) pour déterminer dans quel bureau de vote il pourra être pertinent de faire recompter les voix.

*

Français, vos morts ont honte de vous. Certains se sont battus pour votre liberté, dans des guerres où ils n’ont pas toujours été très glorieux. Mais dans des conditions mille fois plus compliquées que les vôtres, ils n’ont pas pas perdu courage ils se sont dits que si Dieu le veut leurs descendants sauront à leur tour écrire de belles pages de l’histoire de France.

À l’heure actuelle nous avons une Constitution particulièrement efficace. Nous avons vu avec quelle force elle permet d’exécuter les politiques, fussent-elles complètement ineptes et contre-productives.

Il ne reste donc plus qu’au peuple qu’à apprendre à voter pour améliorer les politiques. Mais cela ne pourra se faire sans l’aide de citoyens actifs et un minimum conscients des enjeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *